MODELE2.jpg

Association Vénus à Fleur de Peau

Médecin et patient

Le Lichen Scléreux en quelques mots...

Le lichen scléreux atrophique appelé aussi kraurosis de la vulve, lichen vulvaire ou lichen sclérosus, est une maladie de peau chronique qui touche principalement la région génitale et anale. Cette maladie a été décrite pour la première fois dans les manuels de médecine il y a plus de 100 ans par le Dr August Breisky, gynécologue tchèque (1832-1889).

Il peut toucher les hommes et les femmes, de tout âge, mais il est surtout observé chez les femmes, avec un pic d'incidence à l'âge prépubère et à la ménopause.

Les causes du lichen scléreux restent encore inconnues, bien que plusieurs études mettent en évidence une forte association entre le lichen scléreux et d'autres maladies auto-immunes. Il n'y a aucun remède définitif, une disparition temporaire des symptômes à la puberté est souvent observée dans l'apparition du lichen chez l'enfant.

Elle est caractérisée par des phases de plus grande inflammation et des phases de rémission des symptômes, qui se succèdent de manière cyclique. 

Les symptômes comprennent des démangeaisons intenses, des brûlures, des mictions douloureuses, de la constipation, une gêne, une douleur, une irritation, une inflammation, des fissures.

Les patients atteints de Lichen scléreux peuvent ne présenter que certains symptômes, voire aucun symptôme.

En l'absence de guérison définitive, l'objectif est de réduire au maximum les stades de l'inflammation. Il est donc essentiel de procéder à des contrôles réguliers par un spécialiste, de suivre avec précision les thérapies médicamenteuses prescrites, d'utiliser les crèmes émollientes pour bien hydrater la vulve, de maintenir une bonne hygiène intime et d'éviter d'irriter la peau grâce à quelques précautions simples.

Il est utile de surveiller toute modification de la peau ou de la structure anatomique, éventuellement à l'aide d'un miroir à main. Il est essentiel d'apprendre à écouter son corps, les signaux qu'il envoie, ses changements.

Le diagnostic est encore souvent difficile et donc les pédiatres, dermatologues, gynécologues et urologues doivent être sensibilisés. Cette phase d'incertitude est souvent la plus difficile et la plus fatigante, être capable de la réduire autant que possible avec un diagnostic rapide est d'une importance fondamentale.